Education

mobilisation ecole

La ministre de l’Education nationale a annoncé la formation de 1000 personnes pour transmettre la laïcité et l’enseignement moral et civique.

Quinze jours près les attentats de Paris, Najat Vallaud-Belkacem a présenté les mesures « pour les valeurs de la République ».
« Le sursaut sera collectif et pérenne. Nous réunirons l’ensemble des recteurs le 9 février. L’école doit fabriquer l’égalité pour tous, il faut engager sa refondation ». Najat Vallaud-Belkacem a insisté sur l’importance de la laïcité à l’école. « 1000 personnes seront formées sur la laïcité et l’enseignement moral et civique », a-t-elle annoncé, prévoyant des « outils efficaces, adaptés, percutants pour les élèves » également. Une « charte de la laïcité » sera signée à chaque rentrée scolaire. Et chaque 9 décembre sera une journée spéciale consacrée à cette valeur.
Manuel Valls a lui annoncé le lancement d’un comité interministériel début mars pour la lutte contre les inégalités dans les quartiers.

Voici les principales annonces de la Ministre de l’éducation :

Laïcité et valeurs républicaines
• Un plan de formation à la laïcité et à l’enseignement moral et civique est engagé. 1000 personnes seront formées d’ici juillet 2015. La capacité à « expliquer et transmettre » les valeurs de la République sera décisive lors des concours de recrutement.
• Pour ce faire, de nouvelles ressources pédagogiques sur la laïcité et l’enseignement du fait religieux seront mises à disposition des équipes éducatives.
• Les comportements mettant en cause les valeurs de la République ou l’autorité du maître devront faire l’objet de signalements systématiques.
• Le plan présenté ce jeudi estime qu’il est primordial de rétablir l’autorité des maîtres, notamment grâce à l’apprentissage des règles de civilité et de politesse. Les valeurs républicaines seront valorisées par la célébration des rites et symboles de la République, notamment dans les projets des établissements.

Engagement citoyen
• Un parcours citoyen s’appliquera à chaque élève de l’école élémentaire à la terminale. Ceci implique un enseignement moral et civique, l’éducation aux médias et à l’information ou encore la Journée défense et citoyenneté.
• Les établissements pourront être appuyés par une « réserve citoyenne » créée dans chaque académie. Des bénévoles d’associations pourront apporter leur concours aux missions de l’école.
• Création d’un comité départemental d’éducation à la santé et à la citoyenneté, notamment dans le but d’impliquer les parents d’élèves

Mixité sociale et recul des inégalités
• Les fonds sociaux à destination des élèves les plus pauvres seront augmentés de 20%.
• Une politique de mixité dans les établissements permettra de lutter contre les déterminismes sociaux et territoriaux. Un travail sur le décrochage scolaire et l’insertion professionnelle sera mené.
• Une évaluation aura lieu au CE2 pour s’assurer de la maîtrise du français par chaque élève

Pour ce qui concerne l’enseignement supérieur, les mesures prévoient notamment de mieux accompagner les recherches sur la radicalisation, en France et en Europe.

Pour plus de renseignement: www.education.gouv.fr/

———————————————————–

ECOLE – MOBILISATION

L’école n’a pas été épargnée par l’onde de choc provoquée par les évènements dramatiques du 7 janvier dernier. Elle est en première ligne. Alors qu’1 jeune sur 5 adhère à la théorie du complot, elle doit davantage inculquer les valeurs de la République. Il faut prendre le temps et ne pas décider des mesures dans la précipitation. Les pistes sont nombreuses : laïcité, enseignement moral et civique, lutte contre le déterminisme social, le décrochage … L’école est et sera ferme par ailleurs : une quarantaine d’incidents, qui ont pu survenir partout en France, ont été transmis aux autorités policiaires et judicaires.

 « L’onde de choc qui a traversé la France le 7 janvier dernier n’a pas épargné l’école ». « Elle est en première ligne » (N. Vallaud-Belkacem, 14-15/01/15).

Dès lundi, Najat Vallaud-Belkacem a commencé les consultations pour mobiliser l’ensemble de la communauté éducative sur les valeurs républicaines :

  • Aujourd’hui « 1 jeune sur 5 adhère aux théories du complot » impliquant « la  remise en cause des  institutions de la République, de la crédibilité à la fois des hommes politiques, mais aussi des médias » ;
  • C’est pourquoi « l’école [doit être] capable d’inculquer davantage ses valeurs au quotidien en les faisant pratiquer aux enfants, c’est-à-dire développer […] la liberté de jugement, l’esprit critique, le débat contradictoire » ;
  • Nous devons « prendre le temps de la consultation [pour ne pas annoncer] des mesures précipitamment ». Najat Vallaud-Belkacem a  rencontré dès lundi les organisations syndicales de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur , les fédérations de parents d’élèves, les syndicats lycéens et étudiants ; elle a aussi  reçu mercredi les associations mobilisées dans la lutte contre le racisme à l’école, et l’ensemble des anciens ministres de l’Education nationale ce jeudi ;
  • « Les pistes [de travail] sont nombreuses » : « laïcité, enseignement moral et civique, lutte contre le déterminisme social, contre le décrochage scolaire, renforcement de la maîtrise du français, mobilisation de l’éducation populaire ». « Nous avons rétabli [la formation] l’initiale, mais il faut faire plus pour la formation continue des enseignants […] et qu’ils soient plus épaulés par des professionnels aguerris en cas de besoin » ;
  • Jeudi 22 janvier, une réunion de tous les ministres et secrétaires d’Etat se tiendra à Matignon pour engager un travail de profondeur, notamment sur ces sujets.S’agissant des incidents survenus depuis le 7 janvier, « dans l’immense majorité des établissements, les choses se sont bien passées » :
  • Toutefois, il faut être suffisamment ferme : « il y a des sanctions […] dans les cas les plus graves […] une transmission à la police, à la gendarmerie et à la justice, parce qu’il y a eu aussi des propos très graves ou voire des actes, des bagarres qui ont largement dégénéré ». Une quarantaine de cas ont été transmis ;
  • Ils « ne sont pas le propre d’un département ou d’une cité, ils se sont déroulés partout » en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Merci de résoudre ce calcul pour valider votre commentaire *