Pour la citoyenneté et laïcité en France

A Bordeaux, Bernard Cazeneuve a rassuré les musulmans sur le soutien de la République

En déplacement à Bordeaux, mercredi 25 février 2015 dans l’après-midi, le ministre de l’intérieur a présenté à la communauté musulmane de la ville des mesures pour lutter contre l’islamophobie et renforcer le dialogue avec « l’islam de France ».

Pour lire le discours : DiscoursBCazeneuveMosqueeCenon

——————————————————————

« La République laïque jusqu’au bout » J. Glavany –

 

L’hymne national, ce bien si précieux, que certaines âmes irresponsables voyaient démodé et inutilement guerrier, s’est retrouvé brutalement aux premières loges d’une cruelle pertinence…
Ne nous attardons pas sur les faits : tout a été dit sur eux et les chaînes d’information «  24h sur 24 » ont, une fois de plus, tout montré. Mais relevons la symbolique : 17 morts dont les membres d’une rédaction – voilà pour la liberté d’expression – , des juifs parce qu’ils étaient juifs –  voilà pour la barbarie antisémite – , et des flics, municipaux ou nationaux – voilà pour un symbole d’un Etat courageux qui est intervenu en première ligne au Sahel ou au Moyen-Orient contre le djihadisme – .
Ce faisceau de motivations et de symboles caractérise bien une idéologie fascisante et barbare. La déclaration de guerre d’une tyrannie contre la République. « Une guerre » dit Tahar Ben Jelloun, « contre la laïcité, de la part de ceux qui auraient voulu déterrer Voltaire, Montaigne, Rabelais, et faire de leurs œuvres un feu assassin ».

Face à cette barbarie, il faut, d’abord et avant tout, garder son sang-froid et ne pas se précipiter vers les explications simplistes, les commentaires réducteurs, les mises en cause aveugles.
L’exemple-type du « c’est la faute à SCHENGEN et aux frontières-passoires », alors que les meurtriers sont des Français, nés en France…Inepte.
Il n’y a pas de place non plus pour les polémiques politiciennes : la situation qui vient de nous péter à la figure vient de loin et nous sommes tous, Gauche et Droite, responsables, chacun à nos manières, mais tous responsables : la Droite en cultivant à l’excès les amalgames dévastateurs ou en privant les services publics essentiels – l’Education ou la Police – de moyens indispensables ou bien encore en n’ayant tiré aucune leçon véritable de l’embrasement des banlieues en 2005 ; la Gauche, ou une partie non négligeable de la Gauche en tout cas – en niant les problèmes ( je me souviens du « il n’y a pas de problème de laïcité en France » d’un haut responsable politique, il y a peu…), en refusant de nommer les problèmes par mauvaise conscience – souvenons-nous des imbéciles qui traitaient la rédaction de Charlie d’islamophobes sous prétexte qu’elle dénonçait et combattait, à juste titre, l’islamisme radical ! – ou en imaginant que le multiculturalisme pouvait remplacer l’universalisme républicain. Trop de socialistes ont oublié d’être républicains avant d’être socialistes…

Tous responsables.

Tous, collectivement, nous avons sous-estimé l’ampleur du mal : la lente et inexorable montée du communautarisme, l’éclosion exacerbée des intégrismes religieux, le développement invraisemblable de l’antisémitisme.
Tous, collectivement –ou presque- nous n’avons cessé  d’imprimer nos discours politiques de nos divisions, de nos divergences, nos singularités, nos différences…et jamais, ou de moins en moins, de ce qui dépasse nos différences, de ce qui nous rassemble, (« le narcissisme de nos différences » disait Jacques Julliard).

Alors que faire ?

Que faire pour ne pas que le magnifique élan républicain du 11 janvier, formidablement animé par notre Président et le Gouvernement, dignes des plus grands éloges en la circonstance, se retrouve aux oubliettes de l’histoire ?

D’abord bien nommer les choses

« Ne pas nommer les choses » disait Camus, « c’est ajouter au malheur du monde ».

Dire et redire, proclamer que la République laïque n’est pas un combat contre les religions. Au contraire puisque ses lois protègent  « le libre exercice des cultes ». Mais elle est un combat contre les intégrismes religieux, tous les intégrismes religieux parce que ceux-ci n’acceptent pas de se soumettre aux lois de la République mais veulent s’y substituer.
Dire et redire, proclamer, que l’islamisme n’est pas l’islam, pas plus que le catholicisme ne s’est résumé à l’inquisition. L’immense majorité des musulmans de France sont des croyants laïques, des citoyens de France. Ils ne doivent pas en avoir honte.
Dire et redire, proclamer, que l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit et que notre histoire douloureuse ne nous permet pas la moindre faiblesse en ce domaine : les juifs de France ne doivent pas avoir peur.
Dire et redire, proclamer, que le blasphème n’est pas un délit dans la République (sauf, hélas, en Alsace-Moselle…dérogation que la République s’honorerait à abolir). Comme le dit Bernard-Henri Lévy, « les religions ne sont ni plus ni moins respectables que les idéologies profanes. Le droit d’en rire et d’en débattre est un droit pour tous les hommes ».
Dire et redire, proclamer, que dans la République, dans sa culture, il n’y a qu’une communauté : la communauté nationale, le rassemblement des citoyens libres et égaux en droit. Il n’y a pas plus de communauté juive que de communauté musulmane. Il y a des juifs et des musulmans de France.

Ensuite réagir fermement et sagement

Le Gouvernement et le Parlement ne peuvent pas ne pas réagir. Ils ont le devoir de tirer les leçons de cette tragédie. Ils vont le faire. A situation exceptionnelle, il faut une réponse exceptionnelle. Mais pas une réponse d’exception. Souvenons-nous des excès de la réaction américaine après le 11 septembre 2001 : je ne veux pas de Guantanamo français.

Nous agirons dans deux directions indissociables : la prévention et la répression.

Pour la répression, sans loi d’exception, on peut, on doit agir vite et bien dans de nombreux domaines : internet, les trafics d’armes, les moyens du renseignement, l’organisation interne des prisons… Formons le vœu qu’un consensus républicain sur ce terrain épargne les surenchères démagogiques.

Pour la prévention, je ne connais qu’une réponse : l’Education, l’Education, l’Education. Je ne veux pas d’un « patriot act » à l’américaine, je veux un « Education act » à la française. J’entendais récemment un ancien Président déclarer que « la Gauche embauchait 60 000 enseignants, pour rien »… Pour rien ?! Les jeunes Français sont assez éduqués ? Assez encadrés ? Assez guidés ? Ma douleur à moi, c’est celle de ces quelques centaines de gosses qui ont refusé de respecter la minute de silence vendredi dernier. Ce sont ces gosses-là que la République doit prendre en charge, d’urgence. Par l’éducation, la connaissance, la compréhension, l’échange, le dialogue… L’autorité aussi. Le respect de l’autre. Pour en faire des CITOYENS, libres et émancipés. Cela suppose notamment, soyons-en conscients, un gigantesque effort de formation de nos maîtres qui sont trop souvent « désarmés ».

Enfin, faire vivre, au quotidien, l’idéal républicain

Eh oui ! C’est cela l’idéal républicain et laïque : le respect et le dépassement des différences, de toutes nos différences, qu’elles soient religieuses, culturelles, de couleur de peau ou de lieux de naissance, d’engagement sexuel, philosophique, associatif ou politique. Sans respect, pas de vivre ensemble. Mais la laïcité ne se contente pas de respecter les différences, elle nous amène à les dépasser pour toujours rechercher ce qui nous rassemble, la République, son histoire douloureuse, son présent et la recherche de l’intérêt général, son avenir que nous voulons construire ensemble, pour nos enfants. Faire vivre cet idéal républicain autour des valeurs de liberté, égalité, fraternité, et cette laïcité qui-enfin !- surgit dans les discours publics autour de notre drapeau tricolore, de notre marseillaise, au quotidien, concrètement, par le discours politique qui, quoi qu’on en dise, structure les opinions publiques et par des initiatives civiques foisonnantes. Il nous faut, par exemple, (la liste ne saurait être limitative), remettre sur le chantier le projet de service civique obligatoire, celui des cérémonies républicaines de prestations de serments quand on accède à la nationalité, ou à la majorité, imaginer de vrais moyens de soutien pluriannuels aux associations civiques et citoyennes. C’est la seule issue possible : la République laïque jusqu’au bout.

————————————————–

L’islam est compatible avec la démocratie : nous devons refuser les amalgames.

Les musulmans sont dans le monde les premières victimes du fanatisme : il convient de la rappeler. Les musulmans de France doivent se savoir respectés, comme eux-mêmes doivent respecter la République. Ils ont les mêmes droits, les mêmes devoirs que tous les citoyens.

Dans le monde, « ce sont les musulmans qui sont les premières victimes du fanatisme, du fondamentalisme, de l’intolérance », a rappelé le président de la République à l’occasion de l’ouverture du forum « Renouveaux du monde arabe », à l’Institut du Monde arabe (PR, 15/01/15). « L’islamisme radical […] s’est nourri de toutes les contradictions, de toutes les influences, de toutes les misères, de toutes les inégalités, de tous les conflits non réglés depuis trop longtemps ».

Il faut « rappeler […] que l’islam est compatible avec la démocratie, que nous devons refuser les amalgames et les confusions » (PR, 15/01/15).

Il faut que les musulmans « qui vivent en France puissent se savoir unis, protégés, respectés comme eux-mêmes doivent respecter la République » :
– « Les Français de confession musulmane ont les mêmes droits, les mêmes devoirs, que tous les citoyens. Ils doivent être protégés. La laïcité y concourt car elle respecte toutes les religions » ;
– « La France est un pays ami, mais la France est un pays qui a des règles, des principes, des valeurs, et parmi les valeurs il y en a une qui n’est pas négociable, qui ne le sera jamais, c’est la liberté, la démocratie » (PR, 15/01/15).

————————————————–

ACTE DE BRAVOURE – NATIONALISATION  

  • Au lendemain de l’acte de bravoure de M. Lassana Bathily, né en 1990 à Bamako (Mali), lors de la prise d’otage du magasin « Hyper Casher » le 9 janvier dernier, le ministre de l’Intérieur a demandé l’instruction en urgence de la demande de naturalisation qu’il avait déposée le 7 juillet 2014.
    Bernard Cazeneuve présidera en son honneur une cérémonie d’accueil dans la citoyenneté française mardi 20 janvier, Place Beauvau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Merci de résoudre ce calcul pour valider votre commentaire *