2d tour des primaires de la gauche

J’appelle tous les citoyens de sensibilité de gauche à aller voter dimanche.
Les deux finalistes Manuel Valls et Benoit Hamon ont débattu avec conviction dans le respect de chacun.

J’ai apprécié la qualité de leurs argumentations :

– un socle commun avec des différences,
– un bilan de cette mandature respecté car tout à fait respectable sur des sujets essentiels,
– la volonté d’aller plus loin aujourd’hui, car nous avons rétabli des équilibres financiers.

La gauche devra se rassembler autour de celui qui aura la majorité des suffrages dimanche soir.
J’ai retrouvé les valeurs qui me guident avec constance dans mon action politique quotidienne.

Pour ma part, c’est Benoit HAMON qui incarne le plus clairement ces valeurs de progrès social et d’épanouissement de chacun dans une société plus respectueuse de l’humain et de notre planète. Benoit Hamon est audacieux et ses propositions que nous devrons préciser ensemble, sont réalistes et tournées vers l’avenir.

Ça suffit, les droits sexuels et reproductifs des femmes ne sont pas des variables d’ajustement des programmes politiques!

Aucune femme aujourd’hui, ne devrait avoir à descendre dans la rue pour dire à la société entière quels sont ses droits fondamentaux.

Le contexte européen et international, en crise politique majeure, fait craindre un recul en matière de droit sexuels et reproductifs des femmes, et notamment de l’accès à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), que les progressistes ont mis des décennies à faire adopter.

Au XXIème siècle, on ne peut tolérer que les femmes aient à porter les mêmes combats en matière de libertés que ceux portés dans les années 70, du temps de Simone Veil. Les reculs et les conservatismes, ça suffit.
Aucune femme aujourd’hui, ne devrait avoir à descendre dans la rue pour dire à la société entière quels sont ses droits fondamentaux. Voit-on des hommes défiler pour défendre le droit à disposer de leur corps ? Cette inégalité de traitement que certains voudraient dans la loi, ça suffit.
De nos jours, des organisations politiques ou semi politiques, n’hésitent plus à organiser des marches dites « pro-vies » pour réduire les libertés des femmes, et même des hommes, qui ne souhaiteraient pas d’enfant, en leur interdisant l’accès à l’IVG. Mais la liberté de choisir, n’est-ce pas l’un des plus grands principes de vie dans une démocratie forte? Ces mêmes organisations susurrent à l’oreille du candidat des Républicains à l’élection présidentielle française, pour restreindre ou faire interdire cet accès à l’IVG, et elles ont toute son attention! Mais, une bonne fois pour toute, cela suffit de penser que le corps des femmes peut faire l’objet d’un programme politique s’il s’agit de le contraindre!
Donald Trump n’a pas attendu pour restreindre le droit à l’avortement. A peine assis dans son fauteuil de Président des Etats Unis, l’une de ses premières mesures a été de couper les financements du « Planned Parenthood », le plus grand réseau de Planning familial des Etats-Unis. Dans notre pays, la droite arrivée à la tête des régions a coupé les subventions des plannings familiaux et a supprimé les pass contraception quand ils existaient.

Chaque femme, chaque homme a le droit d’avoir des enfants par choix et non par accident. Chaque personne a le droit de vouloir les meilleures conditions de vie qu’elle ou il aura choisies pour construire une famille. Chaque femme a le droit d’être libre de faire ce qu’elle veut de son corps et de décider pour elle-même.

La gauche, depuis 2012, a fait beaucoup pour réaffirmer le droit à l’avortement: suppression de la notion de détresse, remboursement total de l’IVG et des examens conjoints, création d’un site internet spécial dédié, suppression du délai de réflexion.

N’attendons pas que les conservateurs arrivent à la tête de notre pays pour réagir. N’attendons pas que le pire arrive pour dire ça suffit !

Monique Orphé, Vice-Présidente de la Délégation aux Droits des Femmes à l’Assemblée nationale

Cosignataires :

Annie LE HOUEROU, Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale, Sandrine MAZETIER, Vice-Présidente de l’Assemblée nationale, Laurence DUMONT, Vice-Présidente de l’Assemblée nationale, Lire la suite